J'ai compris que j'étais vieux le jour où je me suis retrouvé dans la vitrine d'un antiquaire ". Otto, l'ours en peluche est, en effet, bien cabossé. Son œil, enfoui sous une énorme tache d'encre, son ventre, perforé par une balle, suffisent à raconter son long parcours. Né dans une fabrique allemande, il passe du bonheur douillet auprès du petit David aux horreurs de la guerre, avant de recevoir une médaille pour avoir sauvé la vie d'un GI. Il pense bien être parvenu au terme de ses tribulations, lorsqu'un jour un vieil homme avec un fort accent allemand passe devant la boutique.

sans-titre (7)